C’est ainsi que le jargon populaire appelle le chemin de fer qui aboutit à Boulogne au printemps de l’année 1848, presque en même temps la Cie des Chemins de Fer du Nord amène à Calais son premier train mais en passant par Lille.

Entre les deux villes, il faut attendre presque 20 ans pour que le « chaînon manquant » soit établi. L’influence politique et économique du directeur des usines Léon Pinart finit par convaincre les banquiers Rothschild, propriétaires de la compagnie ferroviaire de la pertinence de desservir ses établissements industriels.

À proche distance, la gare de Rinxent-Marquise sort de terre en octobre 1866, peu de temps avant l’ouverture de la ligne en janvier 1867. Ironie de l’histoire, le maître de forge alors maire de Marquise vient de provoquer par le choix du tracé ferroviaire le déclin de la dynamique activité commerçante du bourg liée à la route royale et à la circulation des diligences.

La gare concentre principalement l’activité économique des usines et des carrières auxquelles elle est reliée par des embranchements ferrés. La mode » des bains de mer » de la fin du XIX ème siècle voit le développement de la station balnéaire de Wissant et celui de l’activité voyageurs en gare où arrivent aux beaux jours les plaisanciers lillois. La correspondance est assurée en voiture à cheval puis en autocar.

Cette activité entraine la construction d’hôtels-restaurants dans l’avenue qui mène à la station, petit à petit la liaison se fait avec les nombreux cafés » isolés » implantés autour de l’usine et du café- épicerie-boulangerie de « La Bascule », lieu de passage obligé de toutes les expéditions agricoles par chemin de fer. Au début du XXè siècle, autour de la gare s’est créé un cœur de village économique dont le village était dépourvu.

Lieu hautement stratégique au cours du premier conflit mondial, la gare est détruite entièrement lors d’un bombardement le 01 mai 1942. Elle est reconstruite 21 ans plus tard sous l’appellation Marquise-Rinxent, la polémique entre les conseils municipaux de Rinxent et de Marquise prend fin.

Depuis 80 ans en effet les élus rinxentois demandaient à juste titre que les appellations officielles soient en conformité avec l’identification de la gare et son lieu d’implantation, ils ne seront jamais entendus.

Merci à Monsieur Philippe Marmin et l’association Histopale pour la rédaction du contenu.

Comments are closed.

Close Search Window
X